PRP et hanche

PRP et hanche

  • Il existe plusieurs tendons autour de la hanche, tous peuvent présenter une tendinopathie, celle du moyen fessier reste la plus fréquente.

Comme pour toutes les tendinites le traitement par injection de PRP ne doit pas être utilisé en première intention. Les ondes de choc, la mésothérapie, la rééducation ont montré leur efficacité dans le traitement des tendinopathies du moyen fessier.

Cependant, en cas d’échec des traitements classiques, les injections de plasma riche en plaquettes apportent un plus incontestable dont on aurait tord de se passer.

PRP et hanche

L’injection se fait en regard du massif osseux de la hanche appelé grand trochanter.

Le contrôle échographique permet de repérer le tendon à injecter.

On utilise la technique du needling qui consiste à forer le tendon avec l’aiguille et à injecter le plasma au fur et à mesure que l’on retire l’aiguille du tendon.

Cette technique est peu douloureuse, même si en termes de douleur les sensibilités individuelles sont très variables.

Le patient sort du cabinet en marchant. Il devra tout de même respecter une période de 48 heures de repos relatif.

Il n’y a pas de traitement de PRP sans une rééducation chez le kinésithérapeute ensuite. Elle devra être débutée à 10 jours de L’injection.

  • L’arthrose de hanche peut être une indication pour les injections coxo-fémorales (articulation de la hanche) de PRP.

       Je ne pratique pas cette technique au cabinet.