La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Dr Frank Fontvielle

Médecin du Sport

Dr Frank FontvielleDr Frank Fontvielle

 

RDV au 09 82 61 39 09

ou 

ACTUALITES

Suivez moi sur :

Le cabinet médical du Docteur Fontvielle vous accueille

au Point Médical à Dijon

Médecine du Sport, PRP, Ostéopathie, Mésothérapie

L'Endofibrose Iliaque Externe

Il s'agit d'une affection qui touche l'artère iliaque externe (AIE, grosse artère du bassin), principalement décrite chez le cycliste de haut niveau, qui se traduit par une diminution du calibre de cette artère.

La position naturelle du cycliste l'oblige à rouler penché en avant, agressant l'AIE au niveau de l’aine. La paroi de l'artère s'épaissit, se fibrose sur quelques centimètres, ce qui a pour conséquence de réduire le flux sanguin en aval. Tant que l'effort reste modéré il n'y a pas de manifestation clinique, mais dans les bosses, lors d'un sprint ou sur un chrono le cycliste ressentira une perte de puissance souvent associée à des douleurs de la cuisse.

Cette pathologie touche presque exclusivement le cycliste mais on peut la rencontrer bien évidement chez le triathlète et plus rarement chez le coureur à pied. La pratique d'un sport d'endurance est nécessaire.

Il s'agit le plus souvent de sportifs jeunes (entre 20 et 30 ans), de haut niveau, principalement de sexe masculin.

C'est l'AIE gauche qui est le plus souvent lésée, dans 20% des cas cette affection est bilatérale.

Elle se manifeste exclusivement lors d'un effort intense, le cycliste ne peut plus suivre le rythme et décroche à l'arrière du peloton. La douleur paralysante de la cuisse n'est pas toujours présente, il peut y avoir une sensation de grosse cuisse, ou de cuissard trop serré. La jambe est lourde et ne répond plus.

L'examen clinique chez le médecin, effectué au repos, est normal.

Les circonstances d'apparition doivent orienter le praticien vers la demande d'examens complémentaires (doppler artériel, artériographie, angio-IRM) qui confirmeront le diagnostic.

Le traitement reste exclusivement chirurgical pour pouvoir poursuivre le cyclisme en compétition.