La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Dr Frank Fontvielle

Médecin du Sport

Dr Frank FontvielleDr Frank Fontvielle

 

RDV au 09 82 61 39 09

ou 

ACTUALITES

Suivez moi sur :

Le cabinet médical du Docteur Fontvielle vous accueille

au Point Médical à Dijon

Médecine du Sport, PRP, Ostéopathie, Mésothérapie

La cinétose du lanceur de disque

 

Peu connue, mais bien réelle et surtout handicapante, la cinétose touche préférentiellement les lanceurs de disque, alors que les lanceurs de marteau en sont préservés.

Comment expliquer que ce « mal de mer », qui se manifeste par des sensations vertigineuses, une démarche ébrieuse voire des nausées, touche ainsi ces athlètes ?

Et pourquoi sur un geste technique quasi identique les lanceurs de marteau en sont ils épargnés ?

C'est ce qu'à tenté d'expliquer une équipe du laboratoire de recherche de l'UFR STAPS de Nancy en 2011.

A force de tourner sur eux-même, les lanceurs de disque sont souvent victime de cinétose, en revanche, les lanceurs de marteau, bien qu'ils fassent d'avantage de rotation dans leur gestuelle, ne souffrent d'aucun symptôme.

Trois grands capteurs gouvernent l'équilibre postural : le capteur podal (par l'intermédiaire des récepteurs proprioceptifs de la voute plantaire), le capteur oculaire et l'oreille interne.

Ainsi cinq critères essentiels ont pu être définis pour expliquer l'apparition ou non des troubles en fonction du type de lancer :

  • la possibilité de pouvoir stabiliser le regard sur l'horizon ou sur l'aire de lancer

  • la possibilité de pouvoir fixer le regard sur l'engin

  • la possibilité de pouvoir conserver au moins un pied au sol

  • la possibilité de pouvoir garder la tête immobile dans l'espace

  • la possibilité de pouvoir garder la tête immobile par rapport au tronc

On s'est rendu compte qu'au cours de certaines phases du lancer du disque 4 de ces 5 paramètres pouvaient manquer simultanément, alors qu'on n'en perd jamais plus de 2 lors du lancer du marteau.

Au marteau on peut stabiliser son regard sur un triangle isocèle formé par les épaules et les avant-bras se rejoignant sur le marteau. De plus on garde en permanence un pied au sol, ce qui fournit des informations sensorielles précieuses (d'où l'importance d'avoir des chaussures de lancer à semelle très fine).

Les lanceurs de disque, eux, décollent les 2 pieds en phase de rotation et de translation vers l'avant.